En dernier recours

par Istina

A la base c’est une question, douloureuse, lancinante, ou comme un manque, un appel auquel la plume répond en quelques lignes qui semblent jaillir d’au-delà de soi…
Et la réponse est là, au bout d’un écrit dont l’essence est la même quelque que soit la nature du cri
Non tu n’es pas seule, à souffrir cette vie, à sangloter en silence sur son vide de sens et ça veut dire, ça veut dire qu’il y a tout un royaume auquel certains d’entre nous aspirent, qu’il y a tout un possible d’amour et de paix qui nous inspire.

Et si vous me sentez sombre, c’est qu’il y a tout un aspect de la lumière qu’ils ont mésestimé, celle qui jaillit des plus profonds désespoirs, celle qui brille dans les reflets du sang que nos ancêtres ont versé et qui s’écoule encore des plaies des peuples opprimés
C’est cet insolent éclat qui me fait tenir quand je suis déprimée
Et cette rage au cœur a la chaleur d’un incendie sur un charnier
Et la tendresse d’une prophétie qui promet des lendemains de justice

J’ai d’abord assumé l’étiquette de rebelle idéaliste ou atteinte de folie douce
Et puis on m’a collé le nom d’artiste dont je rêvais en douce
Face au quotidien si affligeant que même le sexe viril a fini par s’octroyer le droit de pleurer
Indignation bien calibrée que l’on délivre à intervalles réguliers et selon la consigne pour une conscience tranquillisée
On nous drogue à grande échelle pour s’assurer de notre silence face à ce qui vicie nos existences
Diverses substances sur ordonnance ou en vente libre garantissent le calme dans les rangs des quidam qui défilent au pas sur le macadam ou au rythme des trames souterraines
Et pour les esprits les plus faibles les sirènes du système dont ils sont le cœur de cible
Consommer pour posséder pour être plus que son voisin consommer pour écraser ou pour oublier que l’on est toujours dans le besoin
Achetez achetez tout est à vendre j’ai vu des âmes au rabais après avoir été conditionnées
Emballage charnel sous vide d’amour
Le plaisir oui le plaisir est à la portée de toutes les bourses pleines…

Après l’orgasme capitaliste reste à attendre le règne de la misère
Quand sur les ruines de nos civilisations liberticides soufflera le vent glacé de la mort
On nous demandera à nous les vivants pourquoi n’avez-vous pas crié plus fort
D’où la violence d’un chant contre la surdité d’où sourd l’absurdité de l’injustice toujours en tête de lice de leur progrès alors

Moi vivante mon verbe vivant nous ne laisserons pas taire l’ardente insoumission
Tant que mes frères vivront la voix des ghettos dégueulera son témoignage des temps présents
Et tant qu’il y aura certaines de mes sœurs pour se taire je serai là pour clamer les sévices que ce système enterre loin de vos oreilles et de vos yeux

Nos messages engagés déjà se propagent et marqueront les âges
Nul ne pourra prétendre qu’il ne savait pas

Imagine… qu’on fasse ce rêve ensemble… un rêve d’unité d’espoir par tous partagé
Et si tu n’en veux pas … tremble…

J’aurais pu finir ce texte sur une menace mais souvenez-vous, je suis celle qui écrivais des prières
Mon innocente candeur m’a joué bien des tours et malgré tous mes détours en dernier recours je ne suis que les voies confirmées par l’amour

Elles me conduisent parfois à marcher aux côtés d’une armée aux ailes noires comme à tremper ma mine dans des ruisseaux d’hémoglobine
Mais souvenez-vous je suis l’enfant issue de l’union des contraires et cette double nature m’amène à des émotions contre-nature où l’enfer et la foi pour un même combat marchent ensemble
Et si ça te dépasse… tremble
Car quand je prophétise de mes lyriques caresses d’autres préparent déjà le fatal assaut
En première ligne des cœurs fêlés comme le mien assez fous pour faire fi de leur vie afin d’affronter l’infâme
Les faits que d’autres acceptent nous semblent infects on affûte notre verbal venin pour que ça vous affecte et mettre fin à l’humaine défection
Je suis celle qui a toujours rêvé de révolution et qu’importe les risques que j’encours
En dernier recours je ne suis que les voies confirmées par l’amour

rêvolution

Publicités