Enfin

par Istina

Enfin
Péter le câble nécessaire
Le soleil brille sur mon départ
Tout comme le ciel crevait pour laver mon âme
C’était encore hier

Marcher vers le levant
En chemin
Écrire des airs et des chansons
Joie exaltée par la peur
De l’inconnu

Se tenir nue sous mon étoile
Elle me réserve un sort
Toi qui demeure au sein du Très-Haut
Ou qui n’existe pas
Quelque soit ton nom j’acclame ta volonté

Je serai
La poétesse qui marche
J’arpentai les mots
En suivant l’absolu à la trace

laisser-une-trace-de-son-passage-ef16c512-ebb3-441f-b9ed-cdb7aa587728

Publicités