Horreur boréale

par Istina

Je suis une peste imaginaire
Qui a pris corps à force de croyances
Je suis une plaie purulente ouverte sur les entrailles d’une galaxie neuve

Je suis la maladresse d’un dieu déchu
Le témoignage d’un repenti
Un scaphandre

J’ai pleuré à pierre fendre
Et elle s’est fendue
de rire

Je suis une horreur boréale
La persistance du ciel à rester beau ! Beau !
Quand il aurait dû devant toutes ces malheurs
Se couvrir de honte le visage

Et cet avion en ligne de mire
Qui me promet et mort et gloire
J’aurais voulu qu’il reste une métaphore

Mais aucun de mes écrits
n’a jamais eu la bonté de rester couché sur la page

Aucun

aurore boréale

Publicités