Sybilline

par Istina

Le Soleil aveuglé par ton austère beauté s’est vengé. La lune écarlate et ma cape touareg, on a ri. Ta gueule était rouge, mes bras bleu de lys. Une saison déflorée, automne, comptine d’un temps tout neuf, tout sec et rage. Un mage passe. Du sel dessine son visage. Des sillons de nuages sur une triste évangile, incomplète. Un ange fracasse. Nous sommes déjà venus sur cette planète guerrière, et nous la quitterons avec ton nom dans la besace. Oui Ton nom.
 
Qu’un baiser nous égare, et c’est la forêt qui nous dévore. Instincts en haute-définition. Défi. A la terre. La soif me tient en éveil, le vent disperse mes douleurs. Notre type Est.

touareg-montage-desert-1239893883-jpg-1239893883-touareg-Y-90-490

Publicités