Ce que raconte le sable

par Istina

Fuir en soi-même
Chevaucher la cascade de l’être
Se coucher sur un tapis
Fait de myriades d’ailes de papillons
Redevenir
Au bout de quelques vers
Celle que j’ai toujours été
Princesse à la malédiction argentée
Guerrière d’outre-sang

J’ai marché hors de ma tombe
Sur un chemin de roses pilées
J’ai plié la nuque devant l’éternel
Et je me suis relevée
Une torche sur la tête
Et un éclat de rire en poche
Un seul
Pour briser les océans de glace
Où j’ai perdu la face
J’ai laissé des traces paisibles
Sur la neige écarlate

Dans un monde parallèle
Je fus impératrice
Régnant sur des regards successifs
J’ai pris racine dans un souffle de désir
Pour la terre entière
J’ai pris contact avec l’univers
Dans chacune de mes lettres
Doutant de la véracité du soleil
J’ai convoqué les ténèbres
Et ces étoiles qui ont perdu plus d’un voyageur
Pour en conter à mon tour
Des fables

J’étais un astre fusionnel
Luciole égaré dans un ciel trop vif
Flamme dans l’incendie
Innocemment je cherchais le sens
Comme si j’en avais besoin
Au point de rallier des drapeaux invisibles
D’embrasser des nations de songes

Sur la plus haute branche du plus ancien des arbres
J’ai crucifié ma rage comme un totem
On sait ce qu’il en advient
Puisque me voici devant vous
A l’aube du 3ème jour
Je m’occupe
A sniffer les nuages
Sur une page toujours vierge
De mon sang maculée

Je suis miraculée
Revenue du nirvana de la folie
Sans un regret
Avec juste une larme de hyène
Pour tous ceux qui trouvent un asile
Dans des croyances confortables
Des convictions friables au contact du temps

Je sais
Ce que raconte le sable
C’est pourquoi
J’ai perdu la raison
Le temps d’une illusion
Et surmonté la honte

Humble
Je sais ce que raconte le sable
Et je tremble

Papillons

Publicités