Prisme

par Istina

Dans le miroir manquant
Défilent les brisures
Morceaux d’espace-temps
Où le désespoir se mêle à la colère
Souvent la nuit fut plus noire que l’encre

Lisse la peau de l’arbre tentateur
Pour mon cœur de crocodile
Je suis prête à en cracher le fruit

J’ai vomi des cosmos de fièvre et de furie
Planant sur l’océan

Le volcan rafraîchi par une goutte de mon sang
La paix sera troublée par un cil de mon œil

Le prisme est violent
L’espoir se contente de survivre à lui-même
La roue semble arrêtée sur le sigle de l’idem

L’histoire est cruelle et dure comme l’ébène
Passible de relents biaisés
Possible que mon cœur s’y soit arrêté

De la mystique incandescente
Les cendres du pardon
Restent comme le témoignage d’avoir vécu

L’enfance arrachée à mains nues
Une enfance grave comme la tonalité d’un conte sans happy end

tableau-poster-affiche-prisme-z

Publicités