Jim

par Istina

Un paradis échoué sur un lagon d’encre
Une humeur de fumée, une écriture de furie
Quelqu’un est parti
Quelqu’un s’est pendu et la vie continue
Des restes de stupeur dans mes doigts engourdis
Des larmes sur mes joues ont esquissé ma peine
Qu’est-ce qu’une vie
Un souffle brisé par une vile maladie
Un océan de rêves asséché par le vent
Une force surréelle mais stoppée d’un seul geste
D’une volonté subite
Quelqu’un est parti et ne reviendra plus
Comme on part en voyage sans prendre de valises
Pour ne laisser que des images évanescentes
Des souvenirs pâles de rires incompris
Quelqu’un est parti
Emporté par une tempête d’émotions indicibles
Et de rancœurs insurmontables
Il n’avait que ses yeux pour dire l’impossible
Et ses yeux disaient
Ses yeux disaient qu’il n’était plus de ce monde
Avec ses projets branlants et ses théories folles
Ses yeux disaient qu’il était parti déjà
Il s’adressait à nous depuis sa solitude
Et nous faisait sentir incapables de l’atteindre
Alors on donnait le change, et vous qu’auriez-vous fait?
Une chaîne de vos mains qui le maintienne à terre?
Qu’en serait-il de sa liberté, de son choix, de ses armes?
Comment empêcher l’envol, fût-il précoce, d’une seule âme?
Et dans sa dignité, oiseau blessé, phœnix en flammes
Il est parti sans un laisser un mot
Laissant derrière ses maux
Et une émotion vive

Un paradis échoué sur un lagon d’encre
Jim était un artiste, un esthète, un gamin
Quand d’autres luttent pour écrire le livre de leur destin
Il a choisi sa fin.

montego-bay--croisire-sur-le-lagon-lumineux-luminous-lagoon-81519

Publicités