A croire

par Istina

A croire que je ne me construis que dans l’adversité
J’abandonne un corps chéri pour de nouveaux visages
Me laissant pénétrer d’une nostalgie sans âge
Partant vers d’autres écueils, d’autres rivages
Je ne t’oublierai pas

J’avancerai tes épines enfoncées dans ma chair
Après avoir taggé ta carapace
Aux couleurs de ma révolte et de ma tendresse

A croire que je provoque la solitude
Par l’intransigeance d’une religion sans foi
Il n’y a pas de place pour la tiédeur
Dans la forteresse des idéaux tangibles
Au pied de laquelle gisent bien des egos fragiles

Je volerai tes ailes plantées dans la colonne
Après avoir perdu des plumes
Dans des luttes érotiques au dénouement conforme

A croire que je ne sais plus aimer
Je ne fais que renier le sacrifice
Toute concession me semble une défaite
Bien qu’en ton absence je n’aie que toi en tête
Mon orgueil a vaincu les restes de ma crainte

Je nagerai dans la fleuve de ton souvenir
Après avoir inscrit sur tes écailles
Des bribes de mon histoire torturée et furieuse

Serai-je encore heureuse

imgp0027

Publicités