Damn.

par Istina

Damnée par un excès de virginité dans l’âme
Ce qu’ils ont fait de mon corps me condamnait aux enfers
Mais innocents des crimes qu’iels ne savaient pas commettre
Je priais pour le pardon, insufflant des pépites d’or
Au fond de leur corps tourmenté

Voilà qu’elles se réveillent et sévissent
Infligeant leur lumière même à qui n’en veut pas
Semant la guérison à travers la douleur
Anoblissant les âmes et purifiant les coeurs

Publicités