Heureuse qui comme Ulysse

par Istina

Les falaises vertigineuses au dessus du chaos
Cela fait partie du voyage
Les labyrinthes dont toutes les issues donnent sur le néant
Cela fait partie du voyage

Les précipices pointus d’où tomber chaque jour
Les relations longue durée qu’écourte le moindre vent
La solitude assassine dans une foule millénaire
Cela fait partie du voyage

Les murs qui promettent puis refusent de se fendre
Cela fait partie du voyage
Les miroirs déformants qui t’infligent leur désespoir
Cela fait partie du voyage

Cela fait partie du quotidien du chercheur de lumière
Assailli par sa peur du noir.

Les sommets éternels tout habillés de blanc
Cela fait partie du paysage
L’obscurité mystérieuse des forces célestes
Le doux coton des nuages
La fournaise d’un coeur ardent comme un piment incendiaire
Le flot apaisé du majestueux océan
Après qu’il ait avalé toute trace
De nos guerres

Et ton âme qui nage entre deux courants d’air
Ce sentiment précieux d’être uni-e à l’Univers
C’est ta nouvelle atmosphère

Publicités