Rêves, errances

Chemins de textes

Tag: ciel

Pas sage

Nos corps sont des passages

Dans la béance écarlate
Je ne connais que moi
Et l’œil unique multiplié par la lumière

Il n’est pas encore né le miroir
Qui saura me reconnaître

Je le vois suspendu à la gorge d’un fétiche
Où se fichent autant de clous
Que de peines dans mon cœur

Puissance dormante attendant d’être invoquée dans la langue adéquate

Quelque part en moi je sais tout
Je sais regarder sans intention ni espoir
M’incliner devant l’herbe qui se couche sous mon pas
Éprouver ma gratitude à l’aune des plus infimes signifiances
Et la force de mon indulgence envers les géants

J’ai renoncé à trouver mon semblable
Enfin

Que ma voix se perde dans l’ivresse manifeste
Que mon souffle imprime la maîtrise absolue
J’ai tenté de cacher ce que je pensais être
Et personne n’y a cru

Vous êtes la soif et je suis cette eau
Qui attise à n’en plus finir
Cette soif que seules les constellations désaltèrent
Et qui vous fera trouver des galaxies
Dans un grain de poussière.

adf11b65f3c535bb2c09094dcd13c854

Explore

Comme un clown triste
Je peins une façade de couleurs
Pour oublier la tristesse du monde
En un claquement de doigts
Je me retrouve au pôle positif
Dansant sur un sol de cœurs battants
Les yeux tournés vers la face lumineuse de l’enfer
Nos egos forgés par les épreuves
Présentent un sourire de gratitude
Il n’est pas donné à tout le monde
D’arriver au sommet d’une montagne
De se retourner pour voir que l’on a survécu
Et d’entonner un petit refrain
Avant de se lancer avec volupté
Dans la prochaine escalade

Seules nos cicatrices nous appartiennent
Tatouées à même la conscience
Ne cherche plus
L’illusion d’être compris
Fais
Ce que personne d’autre n’aurait fait à ta place
Il est une réalité tragique
Ou rien n’a de sens
Mais prend ton pinceau
Trempe-le dans tes larmes
Dans un bout de ciel bleu
Et dessine ton chemin

Tu n’aboliras pas la tristesse
Tu te laisseras envahir
Par les épines et par les roses
Mais avec un sourire de fortune
Tu pourras en changer des mondes
Tu donneras
Des couleurs à la colombe
Une touche de noir à l’arc-en-ciel

Sans être malhonnête
Accepte
L’ambiguïté du tao

Tu ne seras jamais heureux sans être égoïste
Et chaque mur brisé
Est une prison de moins sur la planète

Ce texte n’est pas un guide
Ni même un vrai poème
Juste quelques états d’âme
D’ailleurs
Méfie-toi des leaders
Comme des êtres supérieurs
Et de ceux qui prétendent avoir tout compris
Disons-le tout net
Parfois ce monde est merdique
Tout n’est pas magnifique
C’est plutôt dur de vivre pour la plupart
Mais ne sois pas esclave
De faits extérieurs
Invente ta liberté
Explore

RTEmagicC_45431_ciel-halo_txdam35873_9dd4e4

Guérie

J’ai été malade de bonheur, mais je suis guérie. Je n’ai pas de mots pour traduire la joie. Je la vis sans paroles, sans discours, sans bruit… Ma gratitude est intérieure. Ma liesse était une explosion, désormais c’est un murmure. Je suis guérie. Mon allégresse était une chanson, maintenant c’est une caresse. Je suis guérie. Il me faudrait changer d’encre, celle qui coule dans mes veines est d’un noir profond. Je connais le bleu qui fait miroiter le ciel, mais j’ai tellement préféré me cogner aux montagnes, en planant… Je suis guérie. Je cueille les pâquerettes et ça me suffit.

tuk48w2w

Vierge

Vierge éternelle
De ta meurtrissure béate
Sort
Une fleur en couronne
L’azur

Putain de mon cœur
Ose
Que rayonnent tes stigmates
Les larmes
Ont quitté la nacelle
Pour le bleu ballon du ciel

ciel

Je ne suis pas née dans la lumière

Je suis née dans un reflet sombre de l’eau noire
Juste avant que le métal et le sang ne se touchent
Dans l’imaginaire d’un guerrier nostalgique
 
Je suis née au cours d’une de ces longues nuits
Où le mythe se dispute au réel
Où un ego fracasse le ciel à force d’implorer Dieu de descendre
 
Je suis issue d’un tas de cendres
Laissé par la combustion de l’amour
Sur la place tiédie par le lait
Mangée par la terre
 
Je ne suis pas née dans la lumière

sombre