Rêves, errances

Chemins de textes

Tag: écriture

Comme en rêve

Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai plus de malheurs ?
Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai plus de souffrances ?
Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai plus de souvenirs ?
Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai plus de désirs ?
Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai plus d’espoirs ?
Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai plus d’amour ?
Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai plus d’illusions ?
Comment vais-je pouvoir écrire si je n’ai même plus de mots ?

Comment vais-je pouvoir

Comment vais-je

Bien.

3a4ee9707ca14bddadbf7e49cc1d1497

A croire

A croire que je ne me construis que dans l’adversité
J’abandonne un corps chéri pour de nouveaux visages
Me laissant pénétrer d’une nostalgie sans âge
Partant vers d’autres écueils, d’autres rivages
Je ne t’oublierai pas

J’avancerai tes épines enfoncées dans ma chair
Après avoir taggé ta carapace
Aux couleurs de ma révolte et de ma tendresse

A croire que je provoque la solitude
Par l’intransigeance d’une religion sans foi
Il n’y a pas de place pour la tiédeur
Dans la forteresse des idéaux tangibles
Au pied de laquelle gisent bien des egos fragiles

Je volerai tes ailes plantées dans la colonne
Après avoir perdu des plumes
Dans des luttes érotiques au dénouement conforme

A croire que je ne sais plus aimer
Je ne fais que renier le sacrifice
Toute concession me semble une défaite
Bien qu’en ton absence je n’aie que toi en tête
Mon orgueil a vaincu les restes de ma crainte

Je nagerai dans la fleuve de ton souvenir
Après avoir inscrit sur tes écailles
Des bribes de mon histoire torturée et furieuse

Serai-je encore heureuse

imgp0027

Encore

Je viens de là où le sens est une grâce accordée à l’être par un souffle d’origine inconnue
Ici il faut se battre pour chaque phrase, il faut se saigner pour se mettre à nu
J’étais l’innocence même, habillée de vertu
Les loups m’ont eue, ils ont tiré à vue
J’écris au chevet de mon corps regretté
Même mon enveloppe n’est plus ce qu’elle était

Mon âme est une loque abîmée, trop souvent s’est jetée dans l’abîme
Des restes de chair amoncelées, une sorcière pour en faire un poème
Je viens de là où la souffrance inspire ses errances à un ange de papier
Ici il faut tricher pour vivre et sourire pour ne pas pleurer
Rien ne dit qu’au bout du chemin surgit la délivrance
Le goût de l’espoir est rance, je préfère être en transe
Tout en serrant les poings je ferme les yeux et je pense

Je viens de là où les racines éclatent le bitume pour faire pousser des fleurs d’amertume
Et les perles jaillissent des yeux quand la mélancolie nous rapproche des cieux
Ici je cherche la voie des rêves en fuyant le sommeil
J’ai beau ouvrir les yeux plus rien ne me réveille
Je viens de là où le verbe est flamme et la musique t’embrase
Dorénavant c’est l’ennui qui m’embrasse
Où sont passés les volcans, les tempêtes et les cyclones
Je voudrais bouffer de la rage au petit déj
Cracher ma colère part tous les pores
Je viens de là où le combat incessant rend la vie hardcore
Et j’en veux encore

tempete-dobrowner-01

Les mots

Parce que les mots sont vivants
Ils sont la partie de moi qui frémit
Quand je me fais statue

Ils sont mon ventre qui hurle
Quand ma colères s’est tue

Ils sont toutes les réponses
Lorsque je ne sais plus

Parce que les mots sont couleur
Lorsque mon encre est noire

Parce que les mots sont rythme
Et que je suis montagne

Que le verbe est léger
Quand la gravité me gagne

Et les mots sont mémoire
Lorsque je suis oubli

Et les mots sont lumière
Lorsque je deviens nuit

Parce que les mots sont richesse
Quand je suis démunie

pigments-de-couleur_0

Ouvrage

Je t’écrirai
Avec des mots dont l’innocence reste à prouver
En m’appliquant avec candeur
Tout ce que contient mon cœur

Je te donnerai
Un ticket pour un voyage sans fin
A moins que l’un de nous ne descende du train
Contraint et forcé

J’essaierai
De ne plus laisser la rime primer sur l’intention
De ne pas heurter sans faire attention
Ton cœur de cristal

Et je recommencerai
Jusqu’à ce que le poème soit ciselé
Délicat

01dc0251eb615724faeeac7c27c16004_large

Vengeance

Forgée dans la souffrance
Mon écriture
Se nourrit pourtant de censure
Vous ne saurez jamais ce qui motive ma colère
Tout comme ces hommes mal éduqués
Ne sauront pas ce que cache mon sourire

A force de prendre pour acquise
La jouissance promise par mes formes voluptueuses
Ils n’ont pas compris
Qu’il n’y a pas de différence entre la femme vertueuse
Et la catin de l’oubli

Et si le don de soi était une hérésie
Tout donner de ses richesses aux plus démunis
En sortir grandi
Tout donner de son amour
Pour finir
A un cheveu de la souillure

J’en ai marre
De rassurer des hommes qui se croient tout permis
De leur ouvrir ma forteresse
Pour éviter le conflit
Et de les voir se comporter en territoire conquis

Ils n’ont rien compris mais je n’ai rien perdu
Je suis un terrain vierge
Un peuple exterminé
Qui brûle de délivrer les secrets de ses apocalypses
Mais ils
Elles
Ne veulent pas apprendre mon langage
De peur de découvrir au passage
Qu’ils ne sont innocents de rien
Je ne fais que passer par là merci
A mes ennemis intimes
Votre ignorance
Est le terreau de mon absence
J’habite un corps saturé de vengeance
En forme de tendresse inexplicable

forteresse

Voyage

J’aurais tout donné pour vivre la bohème
Partir sur les routes et dans l’air du temps
Faire des rencontres fortuites

Mais je voyage immobile au gré de ma plume

11699922-la-planete-terre-et-l-39-oeil-humain

Utopie

Lâcher la crise
L’état de stress
Dont certains se nourrissent
Dont j’ai fait mon ivresse

Avancer vers la paix
N’intéresser personne
Perdus en cours de route
Les vampires

Mon sang n’était pas pur

Mon sang…
Étalé sur les murs
De notre nid d’amour
Je m’en souviendrai toujours

Ceci n’est pas une fin
Écrivit-elle en vain
Ceci marque le début
Du 23ème décan
Horoscope décati
Prévisions assombries
Horizon sale

Pourquoi…

J’attendrai tes excuses
Dans le paradis blanc
Je présenterai les miennes
Par pure convenance
Ou bien
Je tiendrai ma revanche
Dans l’illusoire oubli

Existe-t-il un équilibre ?

Écrire est une utopie

jeux_de_lumiere_sur_la_banquise

Ma muse

Quand je regarde en arrière
Je vois des drames, du sang,
Des combats sans vainqueur mais aux blessures irréversibles
Quand je caresse mes cicatrices
Je n’ai plus ce frisson sacré
Comme si j’étais sortie d’une adolescence
Qui a duré
J’ai mis du temps avant d’avoir la simple force
de me retourner
Je n’ai pas vécu dans un palace
J’habitais la vaste demeure de la poésie
D’où je fus expulsée dès que j’ai été raisonnablement guérie
De la fièvre des maudits
Cela me manque
La solidarité des parias
Cela me blesse
De constater la désertion de la colère
Là où elle est plus que nécessaire
Là où avant mon sang ne faisait qu’un tour
Aujourd’hui mon intellect est plus retors
Il a pris goût au confort…
Est-ce que c’est ce qu’on appelle trahir ?
Pendant longtemps je n’ai fait que fuir devant des malheurs qui n’avaient rien d’imaginaire
La fin de la galère a sonné le glas du mystère
Et ma muse ne s’en est pas remise
Elle aime l’adversité, la tranquillité la laisse indécise
Alors je lui donnerai ce mur à briser
Celui de mon orgueil et de mes peurs
Car je suis paralysée devant la page blanche
Moi qui avais le verbe qui tranche
Me voilà en rééducation lyrique
Me reste à apprivoiser la panique
Et peut-être que mes mots pourront à nouveau chanter
De leur musique sans note, de leur rythme scandé
Je jouais un jazz sauvage et instinctif,désormais
Je dois retourner au solfège en première année…
Ma muse m’a abandonnée

mur-de-batiment_19-125658

Ne pas chercher

Ne pas chercher
Ne pas chercher le mot qui frappe
Le mot qui tue
Ni la rime qui caresse
Ne pas chercher
Écrire à tout prix
Pour se désaltérer
Posée dans une oasis
Entourée de souvenirs qui affleurent
Ne pas regretter l’innocence
Que l’on a jamais connue
Mais savourer la conscience de toute chose
Le parfum d’une rose
Et même
Une bouffée de cigarette ce poison

Des volutes d’encens
Inspiration volatile
Cœur fébrile
Des mots qui s’enchaînent
Pour des phrases qui libèrent
Un soupçon de cannabis dans l’atmosphère
Je n’y aurai pas droit
Mon cerveau ravagé
Est déjà passé par là
Je connais
Ces chemins artificiels
De substances plus ou moins naturelles
Vers l’unité bien réelle

L’harmonie que mon cerveau synthétise
A partir d’une molécule légale
Est-elle plus ou moins concrète ?
Le mieux
C’est de ne pas se poser la question
Quand on a vécu en état d’urgence
La moindre parcelle de paix se savoure
Comme une friandise inespérée

Je n’ai pas fini d’être révoltée
Mais je n’irai plus errer dans les limbes

Sans la transe
Mon bic a perdu en puissance
Mais la force de mon écriture noire
Se nourrit encore d’espoir

transe_2